suicide couplederetraites

Trois mois après le drame familial d'Haubourdin,

Un couple de 73 et 69 ans a mis fin à ses jours le 30 décembre dernier à Uchacq-et-Parentis dans les Landes. Les septuagénaires se sont suicidés alors que leur maison venait d'être vendue aux enchères. Ils avaient caché leur surendettement à tout le monde, y compris à leurs enfants.

 

La nouvelle a mis ce village d'un peu plus de 550 habitants sous le choc. C'est le fils des nouveaux propriétaires de la maison (vendue quelques jours plus tôt aux enchères) qui a découvert les corps de ce couple de 73 et 69 ans le 30 décembre dernier vers 12h. Il avait déjà commencé à entreposer ses affaires dans la grange mais ce jour-là, il devait prendre possession de la maison. Il a remarqué que la porte d'entrée était ouverte. Il est entré et a vu les deux corps.

Un couple bien inséré dans la commune

Cet homme de 73 ans et son épouse de 69 ans étaient très bien insérés dans la commune. Elle était bénévole aux Restos du cœur, il était un membre actif de l'association des Paralysés de France pour laquelle il avait longtemps occupé le poste de responsable départemental. Son épouse, avec qui il s'était remarié plusieurs années auparavant, était une directrice d'école à la retraite. Le couple vivait depuis 8 ans à Uchacq-et-Parentis. Tous les ans, il participait au dîner des anciens. Toutes les semaines, l'épouse participait à la randonnée des retraités du village. Elle avait trois filles, il avait un fils mais personne dans leur famille ou dans le village ne savait qu'ils étaient endettés au point de se faire expulser de leur maison et de mettre fin à leurs jours dans la foulée.

Une dette de 71 000 euros

Leurs enfants ont découvert leur dette en même temps qu'ils ont appris leur suicide. Ils avaient laissé une lettre à leurs proches mais beaucoup de questions demeurent et notamment le pourquoi de cette dette de 71 000 euros contracté auprès d'une banque. C'est d'ailleurs l'établissement bancaire, le créancier, qui a mis en vente la maison. Les enfants réclament aujourd'hui une autopsie même si le suicide ne fait aucun doute, confirmée par les analyses toxicologiques. Ils veulent comprendre pourquoi leurs parents sont morts sans avoir jamais parlé de leurs difficultés.

Pour mettre fin à ses jours, le couple a avalé une dose mortelle de médicaments avant de se trancher les veines.

 

L'article cité a été publié sur le site France Bleu - 12/01/2016

Partenaires

ashoka probtp cetelem 2013 logo Fondation-Carrefour ircem nb
 bfm caissedepots   bqpostale  lourmel nb intrum 
macif